Questions et réponses avec Alain Dépatie

Afin d’aider les membres des associations sportives à prendre connaissance des positions des différents candidats à la mairie sur les enjeux qui les concernent, l'ABSL, l'AHMSL, l'ASSL, le Blue Machine, le CPA et le Club de curling leur ont soumis un court questionnaire afin de recueillir leurs propos de façon neutre. Les candidats étaient libres de répondre ou non. Les associations se sont engagées à diffuser les réponses des candidats auprès de leurs membres, ainsi qu’auprès de la population lambertoise en général. 

Voici les réponses de Monsieur Alain Dépatie...

Question #1 : Que pensez-vous de maximiser l’utilisation de l’aréna à 12 mois par année?  Si vous êtes en faveur, comment comptez-vous financer les coûts encourus par cette utilisation accrue?

Dans le projet de rénovation de l’aréna, il a fréquemment été question d’une ouverture annuelle d’opération sur douze mois au bénéfice des usagers.

Un sous-comité sur le mode de gestion de l’aréna a été créé en avril 2016 avec pour mandat d’approfondir l’analyse d’un scénario de gestion de l’aréna déléguée à un organisme à but non lucratif.

Le rapport du sous-comité a été remis au conseil en mars 2017 et des discussions ont eu lieu sur le sujet. Dernièrement, le conseil a déposé le rapport afin de le rendre disponible aux citoyens de la ville.

Je suis entièrement d’accord avec les recommandations du sous-comité à l’effet que le conseil de ville souscrive à la création d’un organisme à but non lucratif et lui transfère la responsabilité de l’opération des activités de l’aréna et de la gestion du personnel afin d’avoir une ouverture annuelle d’opération sur douze mois au bénéfice des usagers.

Actuellement, il y a des contraintes de gestion, de productivité et de coûts liés à la structure actuelles des conditions de travail de la main d’œuvre des employés de l’aréna et sont la base même des enjeux budgétaires permettant l’ouverture étendue de cette installation. OBNL sera plus flexible et plus économique car il y aura une diminution des dépenses et une augmentation des revenus delocation.

Question #2 : Les jeunes familles qui représentent la quasi-totalité de nos membres et bénévoles peuvent difficilement se libérer pour assister aux séances du conseil municipal.  Comment prévoyez-vous avoir le vrai pouls de la population lambertoise en matière de loisirs, autrement que par la présence physique aux séances du conseil?

Depuis 2013, la ville a amélioré la communication avec les citoyens en utilisant plus les médias sociaux.

Il faut continuer d’assurer une bonne communication entre l’hôtel de ville et les citoyens en mesurant les programmes d’offres de services en fonction des attentes des citoyens. Actuellement, nous faisons des séances d’information plutôt que des séances de consultation. Mon objectif principal sera d’offrir de vraies consultations publiques aux citoyens et de prendre le temps de partager toutes les informations concernant les dossiers.

L’installation prochaine de B-CITI permettra d’avoir plus d’infos sur les différents dossiers.

Le maire et/ou un membre du conseil doit avoir des rencontres annuelle ou biannuelle avec les membres des CA des associations ou des groupes. Il faut avoir une rétroaction avec les assemblés générales de chaque organisation car les parents parlent aux parents membres des CA.

De plus, il faut encore avoir une plus grande utilisation des réseaux sociaux pour diffuser l’information.

Question #3 : La gestion des plateaux sportifs et leur accessibilité s’avèrent souvent problématiques. Comment proposez-vous améliorer la situation afin de permettre aux sportifs lambertois de profiter davantage de nos infrastructures?

Comme je l’écrivais précédemment, je suis entièrement d’accord avec les recommandations du sous-comité afin d’avoir une ouverture annuelle d’opération de l’aréna sur douze mois au bénéfice des usagers. Ceci améliorait l’accès à l’aréna.

La ville a un projet de guichet unique qui comprendrait la réservation de plateaux sportifs.

Le système de réservations par internet doit être plus conviviale afin que le sportif lambertois reçoive un bon message et puisse profiter des installations.

Question #4 : Le projet de réaménagement du Parc Lespérance a franchi une nouvelle étape en septembre dernier.  Supportez-vous le projet tel qu’il est planifié?  Si ce n’est pas le cas, veuillez expliquer concrètement les modifications que vous proposez qui sont susceptibles d’avoir un impact sur les utilisateurs des infrastructures sportives.

Je supporte entièrement le projet tel qu’il est planifié.

Il est vrai qu'il faut réaménager le stationnement du parc Lespérance afin d'assurer un accès sécuritaire à tout cela car c'est celui du centre de loisirs, de l'aréna, de la piscine intérieure, du terrain de boulingrin, du club de curling, du parc canin, du terrain de soccer, du club de tennis, des jardins communautaires et de tout le reste de ce quadrilatère.

Pour des raisons budgétaires, il y a des réaménagements qui ont été enlevés des plans du projet du parc Lespérance (ex. la coulée verte). Ces travaux ont été inscrits au PTI (plan triennal d’immobilisation) et nous sommes engagés à les faire en 2019.

Question #5 : Quelles mesures concrètes proposez-vous afin de promouvoir et de reconnaître le bénévolat effectué par les citoyens de notre communauté?

Les associations remplissent un rôle irremplaçable au sein de notre société et participent à l’épanouissement des personnes (les coachs par rapport aux joueurs).

Les personnes qui font du bénévolat se sentent valoriser par rapport à la pratique d’une activité ou la pratique de son enfant et ont du plaisir d’être utile et de participer. Ils aiment aussi la convivialité, le partage de connaissances et les échanges

À la soirée de reconnaissance de la ville, l’action du bénévole doit être plus reconnue. Il ne faut pas oublier de remercier les bénévoles, de les valoriser en mettant en avant leurs actions individuelles.

Il faut aussi solliciter l’avis des bénévoles sur le fonctionnement de leur activité. En donnant son point de vue, le bénévole se sent impliqué et « utile ». Ainsi, il est gratifié et désireux de s’impliquer un peu plus.

Question #6 : Comment allez-vous dégager les sommes nécessaires afin d’entretenir et d’améliorer les infrastructures courantes et comment allez-vous financer les investissements en infrastructures requis dans les années à venir?

La dette brute est de 78,847M$ contre une dette nette de 60 835M$ et la ville a un taux d’endettement total net à long terme qui se compare à tous les villes du Québec, soit 2,06$ par 100$/RFU pour tout le Québec et 2,07$ par 100$/RFU pour Saint-Lambert.

En 2017, notre remboursement de la dette est d’environ 7M$ et notre PCP (paiement comptant progressif) est d’environ 2,5M$, S on ne tient pas compte des subventions, la ville a la capacité de faire environ 10M$ de travaux par année sans impacter les taxes municipales.

De plus, il faut profiter des nombreuses subventions (provinciales et fédérales) pour continuer à réduire le déficit accumulé par l’amélioration des infrastructures et la modernisation de Saint-Lambert avec la continuation de notre plan d’interventions et d’immobilisation à long terme (égout, aqueduc, pavage, trottoir, bâtiments, parcs, etc.).